Le reiki, voie de l’action

0
action-reiki

Notre association se nomme Action Reiki.

Pour quelles raisons l’avoir appelée  ainsi alors que le Reiki puise ses origines dans le « bouddhisme, influencé par le shintoïsme »1 ?

 

L’action « c’est la manifestation de la volonté »2. Pour agir il faut vouloir. L’action considérée dans son déroulement, c’est à dire « l’application du mouvement à quelque chose » selon J. Boucher de Perthes3, produit un changement, une évolution. Cette évolution est le fruit de ces deux composantes : c’est la rencontre de la volonté et du mouvement.

 

 

Un esprit sain dans un corps sain fonctionne de façon harmonieuse. On peut en dire que c’est un système en équilibre. Lorsque cet équilibre est rompu par des troubles émotionnels, un ou plusieurs symptômes apparaissent sous la forme de pathologie physiques et/ou psychiques.

Pour rétablir un fonctionnement harmonieux, l’action devient nécessaire.

La volonté d’agir se matérialise par l’action elle-même et la pose d’un ou plusieurs actes volontaires (déroulement de l’action) pour faire évoluer la situation.

Après l’action, un nouvel équilibre est atteint provisoirement car, bien évidemment, d’autres troubles émotionnels peuvent survenir.

 

Pour les êtres vivants, du moment de la conception à celui du décès, la recherche permanente d’un équilibre est sans cesse remise en cause par nos émotions qui créent des désordres physiques et/ou psychiques.

Par l’action Reiki nous agissons sur les troubles émotionnels et réduisons la manifestation des symptômes. Pour cela nous nous connectons à l’Energie Universelle puis nous apposons nos mains et canalisons l’énergie pour la partager avec un sujet, un objet ou une situation.

Vivre c’est s’adapter. S’adapter c’est agir. Agir c’est évoluer. Le Reiki est évolutif : on peut dire qu’il est vivant.

C’est pour cela qu’il est la « Voie de l’Action ».

 

 

Bibliographie:

 

1. Franck Arjava Peter « Feu de Reiki » édition Niando 1999 isbn 84 – 931062 – 0 – 8.

2. Dictionnaire Larousse-Sélection édition Imprimeries Moderne de Nantes-Jaguar-SFIC-Tardy-SCIP, 1977, N° d’édition : 9 dépôt légal 1977 – 3e – N° éditeur 3112 Imprimé en France – 64141.9.77.

3. Jacques Boucher de Perthes, de son vrai nom Jacques Boucher de Crèvecœur, naît près de Rethel (Ardennes), le 10 décembre 1788, et meurt à Abbeville (Somme), le 5 août 1868). Il exerce la profession de Directeur des Douanes mais est surtout connu en tant que préhistorien français : il réussit à faire admettre l’existence de ce qu’il dénomme « l’Homme antédiluvien » et jette les bases de la science préhistorique dont il est considéré comme l’un des fondateurs. Source : Wikipédia.

 

Commenter l'article